Isogossip

Actu Mode, TV, Médias et People
par Emma Nguyen sur 03/06/2016 � 09:44 PM

« Captain America : Civil War », les critiques tombent !

Captain America Civil War

Le film affiche le pire et le meilleur des films signés Marvel.

« Captain America: Civil War » n’est pas nécessairement le meilleur film Marvel. Le duo, Joe et Anthony Russoe ne parviennent pas à offrir le meilleur de Marvel même à une fraction de l’échelle, il manque ainsi la grâce et le sens ineffable de la joie que Joss Whedon a amené à « The Avengers ». Mais néanmoins, c’est l’idéal platonicien d’un film Marvel.

Plus que l’un des épisodes précédents dans le « Marvel Cinematic Universe », « Civil War » est un feuilleton en spandex. En partie, c’est à cause de la fraîcheur du film (pas si pleinement réalisé), et à cause de l’accent sur la tourmente émotionnelle plutôt que la destruction globale où il y a de nombreux bâtiments qui explosent et avec la plupart des dommages collatéraux causé par les bons, comme ils se soutiennent les uns avec les autres et menacent de se séparer.

Le contexte de l’histoire n’a pas seulement pour but de gagner du temps avant « Infinity War ». Il est à propos de l’accomplissement de l’objectif ultime de la MCU : une franchise de film si immense et auto-entretenu que le plus grand risque de conflit d’un terrain n’est plus la fin du monde, mais plutôt la fin de la marque de fabrique.

L’histoire commence, comme la plupart des films Marvel. Le sens profond de culpabilité qui a commencé à envenimer l’intérieur de Tony Stark (toujours joué par Robert Downey Jr.) après les attentats de New York City a été intensifié par le bilan de la lutte contre Ultron dans Sokovia. Et Stark n’est pas le seul qui a peur de se regarder dans le miroir. Au début du film, la Sorcière Rouge (Elizabeth Olsen) est dévastée quand une bagarre à Lagos tue une poignée de passants innocents. Avec divers gouvernements du monde sur le bord de l’existence continue des Avengers, dont la formation semble avoir invité une série sans fin de calamités sur la Terre, le Secrétaire d’État américain Thaddeus « Thunderbolt » Ross (joué par William Hurt) établit les Accords Sokovia, qui ont essentiellement mis le groupe de travail de super-héros sous les commandements des Nations Unies.

Stark, un type Oppenheimer qui est désespéré de partager le fardeau de la culpabilité, est prêt à signer. Steve Rogers (joué par Chris Evans), un produit de la Seconde Guerre mondiale qui croit que les Vengeurs sont derrière la police de la planète, n’est pas d’accord. Stark pense qu’ils ont besoin de règlements ; Rogers pense que ce sont les règlements qui leurs ont nuits depuis toujours. Alors que le MCU est largement inspiré par des arcs de l’histoire qui a existé bien avant le 21e siècle, ces films ont néanmoins utilisé 9/11 comme leur étoile du nord, et « Civil War » est un choix naturel de récits pour une saga qui est si préoccupée par l’évolution du rôle des États-Unis sur la scène mondiale.

Les différences philosophiques entre les deux Vengeurs sont enflammées quand une bombe explose lors de la signature des Accords, tuant le roi du Wakanda (une nation africaine fictive). La guerre a alors commencé entre les deux protagonistes et leurs équipiers respectifs.

Étiquette

Captain America Marvel

Commentaires

Créer un nouveau commentaire